Stépologie, Premier mouvement

Pour deux basses de viole et électronique temps réel

, environ 7'48
2017

Pour deux basses de viole et électronique temps réel

, environ 7'48

Stépologie – Étude est née à la suite d’une collaboration de plusieurs mois avec Louise Bouedo autour de la basse de viole courant 2015 – 2016. Je me suis intéressé aux sonorités produites par cet instrument, prenant en compte les différents modes de jeux et leurs approches kinesthésiques. Cette première étude donna lieu à un mélange de toutes ces découvertes empiriques. Le titre fait référence à Giant Step de John Coltrane, par l’utilisation de ses enchaînements de quartes en réservoir harmonique et mélodique.

Continuant ce travail de recherche, j’ai décidé de réaliser plusieurs mouvements autour de la basse de viole. La pièce présenté ce soir, Stépologie – Premier mouvement, pour deux basses de viole et électronique, se concentre sur une projection sonore issue de balayage harmonique et de frottements d’archets mesurés. Le défi en terme d’écriture musicale était d’inventer une série de symboles cohérents à l’obtention de ces sonorités et de ces gestes. Une fois cela en place l’exploitation des signes écrits m’ont permis d’exprimer une évolution de timbre et d’énergie, et d’établir un dialogue avec les musiciens. L’électronique, suivant la structure, met en évidence une imitation, un accompagnement ou une opposition aux jeux des violes, appuyant ainsi les effets de timbres.

Basses de viole : Louise Bouedo et Agnès Boissonnot-Guilbault

Autres pièces mixtes
Cènorama

Pour ensemble dirigé de 12 instruments, dispositif électroacoustique, support 14 pistes et électronique temps réel

, environ 15'
2019
Aux Âmes

Pour vibraphone, support quadriphonique et électronique temps réel

, environ 15'29
2018
De fureur en frénésie

Pour batterie, support quadriphonique et électronique temps réel

, environ 11'00
2017
Retour aux compositions